Cherchez dans les archives extensives, tous les articles de 26 février 2015 à maintenant.

Table des Matières

HealthCare magazine de 07/12/2017
 
ACTUALITÉ
Hôpitaux : une année 2018 ‘chaude’ en matière de cybersécurité

L’année 2018 sera clairement ‘chaude’, notamment en raison de la poursuite du réchauffement climatique. Mais un domaine où l’année sera sans doute plus ‘chaude’, c’est celui de la sécurité dans les hôpitaux. Et à ce niveau, le risque est plus grand encore.

«La vente de pansements antiseptiques bientôt réservée aux pharmacies ? »

Qu’il soit question de médicaments ou de dispositifs, la sécurité des produits utilisés dans les soins de santé devrait toujours être garantie au niveau belge mais aussi à l’échelon européen voire, si possible, mondial. Une prolifération de lois peut toutefois aussi être une source d’incertitudes et de situations ingérables dans la pratique… et c’est exactement ce qui est en train de se produire, estime Marc Gryseels, le président de la coupole des médicaments en vente libre, des suppléments alimentaires et des dispositifs médicaux (Bachi).

Les données-patients dans un dossier médico-pharmaceutique partagéLes organismes notifiés quittent le Royaume-UniInspection du matériel médical : 492 déficiences constatées

Depuis janvier 2015, l’Agence fédérale du médicament et des produits de santé (AFMPS) a effectué 161 inspections dans les hôpitaux belges pour vérifier l’état et l’entretien des dispositifs médicaux. Les inspecteurs ont eu quelques surprises.

Les soins sont de meilleure qualité quand ils sont cofinancés par le citoyen

Singapour consacre à ses soins de santé une part de son PIB de moitié inférieure à celle que nous dépensons pour ce poste en Belgique… mais occupe pourtant la deuxième place du Bloomberg Healthcare Efficiency Ranking pour 2016, où notre pays ne figure qu’en 36e position. Comment la cité-État a-t-elle réussi ce tour de force et, surtout, quels enseignements pouvons-nous en tirer ? L’Association belge des directeurs d’hôpitaux s’est rendue sur place avec une quarantaine de participants pour un voyage d’étude de cinq jours. La formule magique ? Une démocratie dirigée et une réelle vision à long terme.

«Transférez la moxifloxacine au chapitre IV… »

Le Pr Herman Goossens, vice-président du Belgian Antibiotic Policy Coordination Committee (BAPCOC), plaide en faveur du transfert de la moxifloxacine au chapitre IV et, dans la foulée, du remboursement intégral de la pénicilline. À l’en croire, la résistance aux antibiotiques risquerait à elle seule de coûter la vie à plusieurs millions de personnes d’ici à 2050.

L’anesthésiste Philippe Devos élu « spécialiste de l’année »Le CHR Mons-Hainaut lance son application smartphone : « Mon CHR »

Mon CHR, première en Belgique, offre un panel d’outils et de fonctionnalités aux patients et à leur famille, mais également à tous les visiteurs.

Un clown hospitalier pour le Heilig-Hart ziekenhuis de Lier« S’impliquer sans comprendre, c’est décider sans vision… »

Trois grands textes législatifs ont récemment soufflé leurs quinze bougies – la loi sur les droits du patient, celle sur les soins palliatifs et celle sur l’euthanasie. Lorsque la première est passée de justesse au Sénat, en 2002, Manu Keirse était chef de cabinet de la ministre de la Santé Magda Aelvoet. Avec le recul de ces quinze années, il estime que le texte ne va pas assez loin et épingle même un certain nombre d’occasions ratées.

EN CONSTRUCTION
En constructionEn construction
DOSSIER HOSPITALISATION DE JOUR
Dossier hospitalisation de jourHospitalisation de jour : un excellent remède mais encore des effets secondaires…

De plus en plus de pathologies peuvent être traitées en hospitalisation de jour et c’est une bonne chose, d’après Lieven Annemans, économiste de la santé. Même s’il y a quelques considérations et conditions à prendre en compte. Car opérer la transition vers l’hospitalisation de jour sans autre forme de préparation n’est pas une bonne chose.

Manque de formation !« La chirurgie de jour exige une équipe stable et soudée »

« Concevoir un bon hôpital chirurgical de jour demande de la flexibilité et une régie stricte. Si l’hôpital ressemble à un pigeonnier, cela ne fonctionnera pas. » Jo Maes, chirurgien orthopédiste, est le chef du service médical du Chirurgisch DagCentrum (CDC) de l’AZ Sint-Blasius à Dendermonde. Il y a cinq ans, l’hôpital a changé de cap et ouvert un centre distinct pour la chirurgie de jour. Cinq ans plus tard, il affiche complet…

Plus vite mais pas forcément mieux

Le plaidoyer en faveur de l’hospitalisation de jour est sans aucune doute une très bonne chose sur le plan budgétaire… mais, comme le souligne le Dr Maes, cette approche ne peut pas être privilégiée au détriment du patient. Des recherches réalisées par le Dr Björn Stessel (Jessa Ziekenhuis, Hasselt) viennent étayer ces réticences.

« Un patient pédiatrique ne peut jamais être une statistique »

Enfants et hôpitaux ne sont jamais un mélange des plus heureux, mais lorsqu’il est vraiment indispensable qu’un petit patient fasse un séjour en clinique, celui-ci doit rester le plus bref possible et s’inscrire dans un environnement approprié. À l’Hôpital Universitaire Des Enfants Reine Fabiola (HUDERF) à Bruxelles, tout est pensé en fonction de ce public spécifique. L’établissement voit en effet passer quotidiennement plusieurs centaines d’enfants, dont plusieurs dizaines se verront attribuer un lit le temps d’une journée ; c’est notamment le cas des jeunes patients qui doivent subir une dialyse.

Trois questions à l’équipe pluridisciplinaireL’arbre à soi prend racine à Ath

Fin octobre, le Centre régional de soins psychiatriques (CRP) Les Marronniers a inauguré un nouvel hôpital de jour psychiatrique dans la Cité des géants. Situé hors des murs de l’hôpital et au plus proche du milieu de vie des patients, L’arbre à soi permet de répondre à la fois aux objectifs de la réforme en santé mentale et à la demande du terrain.

BRUITS DE COULOIR
Bruits de couloir
THEMA IT
L’apprentissage machine au service des big data médicales

Dans le monde médical également, l’apprentissage machine s’impose toujours davantage pour dégager de nouvelles analyses au départ de volumes de données en croissance exponentielle et server ainsi les soins de santé au quotidien.

Une année de la sécurité ‘chaude’ à cause des rançongiciels

Kaspersky Lab anticipe de fortes perturbations dans le fonctionnement des hôpitaux en raison d’attaques de rançongiciels, entendez des maliciels qui paralysent l’accès aux données par cryptage, après quoi les pirates ne communiquent la ‘clé de déverrouillage’ nécessaire qu’après paiement d’une rançon, en général en monnaie numérique non-traçable (de type bitcoin).

SOINS SANS FRONTIÈRES
Soins sans frontières