Verschijning van: 25 octobre 2018

Table des Matières

HealthCare magazine de 25/10/2018
ACTUALITÉ
Quatre hôpitaux généraux sur dix vont mal

Le résultat courant des hôpitaux s’est fortement détérioré en 2017. Par rapport, à l’exercice précédent, il est en baisse de 67,1 millions d’euros, soit une chute de 70 %. Les fédérations hospitalières sont inquiètes.

Hôpitaux dans le rouge : De Block défend sa réforme

L’étude Maha 2018 pointe la fragilité du secteur hospitalier belge, qui doit relever de nombreux défis. La ministre De Block se veut optimiste : les réformes profondes qui ont été lancées devraient porter leurs fruits.

Le projet iris-Academy : la formation pour tous et partout

Désormais, le réseau des hôpitaux IRIS dispose d’une plateforme d’e-learning qui permet à chacun de se former en ligne. L’offre n’est pas encore très touffue mais elle sera enrichie de mois en mois.

Penser autrement l’organisation des soins de santé

Peut-on, en les organisant autrement, obtenir des soins de santé meilleurs et moins chers, et avoir une population en meilleure santé ? Le projet de Gesundes Kinzigtal, présenté lors du congrès du VOKA à Bruxelles, démontre que c’est possible. Mais tout a un prix…

Lux-healthUne préconsultation à distance pour gagner du temps

Lors des récentes Assises de l’eSanté, le généraliste Marc Heyde a présenté un stéthoscope connecté pour ausculter à distance des patients résidant en maison de repos. Ce projet-pilote est né de la collaboration entre la Province du Luxembourg, le groupe hospitalier Vivalia et les acteurs de soins de santé locaux.

DOSSIER PÉDIATRIE
Dossier pédiatrie«Une maladie n’a pas à déterminer votre avenir »

Le personnel de l’hôpital des enfants de l’UZ Leuven vit actuellement une période intense. C’est en effet cette semaine que ‘l’ancien’ service de pédiatrie déménage vers le bâtiment flambant neuf ‘Femme, enfant et hérédité’. Le déménagement est conséquent vu la taille de l’hôpital, et la manière dont les enfants vont être soignés est révolutionnaire. Le Pr Gunnar Buyse, responsable du service de pédiatrie ad interim, est un homme pleinement satisfait, malgré l’agitation.

L’animation, un soin pédiatrique comme un autre

Depuis les infirmiers référents qui optimisent les protocoles de soins jusqu’à l’animation des unités de pédiatrie, les Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles ont à cœur de réduire le stress et les peurs des enfants qui viennent pour une consultation ou pour une hospitalisation.

Pas de place pour la douleurUn chien, un sourireL’hypnose virtuelle, positive pour le patient, le médecin et l’hôpital

La réalité virtuelle combinée à l’hypnose clinique permet d’aider les patients à gérer leur anxiété et leur douleur. Des études récentes mettent en lumière plus de confort pour les patients, en particulière chez des enfants (besoin réduit de médicaments), un séjour plus court à l’hôpital et, pour les médecins, une meilleure prise en charge des patients.

« Travailler dans un environnement multiculturel est une question de respect »

On ne compte pas le nombre de langues dans lesquelles les jeunes patients sont accueillis, comprenez le nombre de nationalités que l’on rencontre à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles. « Ce n’est pas le multiculturalisme qui pose problème mais l’environnement socio-économique, qu’il soit autochtone ou allochtone » explique le Pr Marc Hainaut.

Pédiatrie et médicaments

La délivrance et l’administration de spécialités pharmaceutiques à des enfants hospitalisés reste un défi perpétuel pour les acteurs des soins de santé. Quelles sont les difficultés pour les spécialistes du médicament ?

Le patient mineur doit être au centre des préoccupations

Etant donné que leurs activités concernent des patients mineurs, les services de pédiatrie sont parfois confrontés à des situations juridiques particulièrement épineuses. Quelles sont les conséquences pour l’exercice de l’autorité parentale du fait que le mineur devient « patient » ? Quelle position peut ou doit adopter le médecin lorsque les deux parents ne sont pas sur la même longueur d’ondes ? Et les grands-parents, sont-ils complètement impuissants face aux décisions qui concernent leurs petits-enfants ? Le point avec quelques experts.

Une loi méconnueLa bonne foi du médecin
THÈME IT
Les applis avec une valeur ajoutée doivent démontrer leur rentabilité

A présent qu’elles s’inscrivent pleinement dans l’arsenal des outils médicaux, les applis – également sous forme de service - doivent évidemment trouver leur place dans la stratégie de soins. Les pouvoirs publics approuvent cette approche, tandis que les fédérations beMedtech et Agoria se disent prêtes à apporter leur concours à la démarche. De même que plusieurs nouveaux-venus.

SOINS SANS FRONTIÈRES
Soins sans frontières